Comment se déroule une consultation ?

La consultation dure entre 30 minutes et 1 heure selon le motif de consultation et les techniques utilisées. Si vous avez en votre possession des examens complémentaires (radiologies, clichés IRM...) n'hésitez pas à les amener avec vous.

 

L'interrogatoire

Avant toute chose l'ostéopathe va vous demander quelques renseignements:

  • Renseignements administratifs (coordonnées, médecin traitant...)
  • Informations concernant le motif de consultation ( date d'apparition de la douleur, facteurs calmants et aggravants, traitements et examens réalisés...)
  • Informations sur vos antécédents médicaux, traumatiques, chirurgicaux et familiaux.
  • Informations concernant le bon fonctionnement de l'ensemble de votre corps ( système cardio vasculaire, uro-génital, système nerveux, musculo-squelettique...)
  • Renseignements sur votre mode de vie ( métier, loisirs...)

 

L'examen clinique

Généralement, l'ostéopathe va vous demander de vous mettre en sous-vêtements car cela facilite l'observation ( de votre posture, de la qualité de votre peau...).

  • Réalisation de tests médicaux et orthopédiques (tests d'exclusion): ces tests permettent à l'ostéopathe de savoir s'il peut prendre en charge son patient et comment le prendre en charge.
  • Réalisation de tests ostéopathiques dans le but de faire un diagnostic du tissu en souffrance et de comprendre d'où vient la douleur pour laquelle vous consultez. Ces tests vont évaluer la mobilité et micromobilté de toutes les structures de votre corps.

 

Le traitement 

Il a pour objectif de rétablir un état d'équilibre, synonyme de bonne santé. L'ostéopathe a appris à réaliser différents types de techniques manuelles dont le choix se fera toujours avec votre accord en fonction de ce qui est le plus adapté à votre motif de consultation, votre âge, les réactions de votre corps et le respect de la non douleur.

Voici quelques exemples de techniques mais il en existe beaucoup d'autres :

  • Les techniques "qui font crac" ou HVBA (haute vellocité et basse amplitude). Contrairement à ce qu'on pense, le craquement ne concerne pas les os mais se produit au sein d'une articulation. Le craquement ne signifie pas non plus que la technique est réussie car parfois l'articulation ne produira pas ce bruit caractéristique.

Voici ce à quoi correspond physiologiquement le craquement d'après « Principes d’Anatomie et de Physiologie », Tortora/Grabowski, Deuxième Edition Française, De Boeck Université 1994

« Quand nous tirons sur une articulation synoviale, la pression du liquide diminue, car ce dernier occupe soudainement un plus gros volume. Ce liquide s’évapore et une bulle gazeuse apparaît lorsqu’une certaine pression est atteinte. A ce moment, les surfaces articulaires opposées se séparent brusquement jusqu’à la limite imposée par la capsule articulaire. Lorsque les deux surfaces articulaires sont séparées, la pression dans l’articulation excède celle de la bulle gazeuse qui est alors aplatie et produit un bruit de craquement.
L’écrasement de la bulle (la mise à plat) forme de nombreuses bulles plus petites qui reviennent graduellement en solution. L’articulation ne pourra produire aucun autre craquement avant que les bulles ne disparaissent et que le gaz soit complètement dissous, soit une durée d’environ 20 à 30 minutes. »

  • Les techniques fasciales:  correspondent à des techniques réalisées sur les fascias (tissu conjonctif qui forme des enveloppes permettant une continuité anatomique de toutes les régions du corps).
  • Les techniques crânio-sacrées : correspondent à des techniques appliquées à la boite crânienne, à la face, au sacrum ainsi qu'aux différents mouvements présents dans ces régions.
  • Les techniques viscérales: manipulations qui vont agir sur le positionnement, la structure ou le fonctionnement d'un viscère/organe.
  • Le TOG: Traitement Ostéopathique Global consiste en une mobilisation rythmique d'une articulation dans tous ses paramètres.
  • Les techniques neuro-vasculaires et lymphatiques: techniques qui vont agir directement sur une artère, un nerf, le retour veineux ou la circulation lymphatique.
  • Les techniques d'énergie musculaire.
  • ...

Conseils

L'ostéopathe peut vous conseiller de consulter un autre praticien de santé ( médecin traitant, podologue, kinésithérapeute, nutritionniste, psychologue, dentiste, ophtalmologue, gynécologue ...) s'il estime que c'est nécessaire.

Il peut également vous donner des conseils hygièno-diététiques, vous montrer des étirements et vous conseiller sur une meilleure posture de travail...

 

Fin de la consultation et suivi

Selon votre motif de consultation l'ostéopathe peut vous demander de revenir pour un suivi.

Une facture vous sera proposée car de plus en plus de mutuelles remboursent quelques consultations par an. Vous pouvez trouver la liste des mutuelles sur le site du SFDO   sur le site du ROF: ou bien vous renseigner directement auprès de votre mutuelle.